L'Art Nouveau.

La fin du XIX° siècle est fortement marquée par l'avènement de l'industrie et de la technique dans la vie quotidienne.

Si l'industrie a apporté un certain confort et une grande efficacité, elle a aussi engendré des craintes en raison de sa puissance et du caractère inhumain de la technique. La production industrielle est diffusée de façon massive, stéréotypée; la conception de ses produits est uniquement basée sur l'efficacité et ne comprend pas de composante artistique.

Les produits manufacturés ont beaucoup de mal à soutenir la concurrence des produits industriels en raison de leur prix élevé et n'existent plus que dans une gamme de produits de haut luxe. Plusieurs initiatives sont lancées afin de revaloriser le travail artisanal et délivrer l'ouvrier du joug de la machine (Morris en Angleterre, van de Velde en Belgique, les Wiener Werkstätte à Vienne,...). Bien que très utopiques, ces initiatives ont cependant eu quelque succès mais sont demeurées très en dessous de leurs ambitieux objectifs initiaux à savoir servir de modèle destiné ensuite à être généralisé à l'ensemble de la société et assurer une production de qualité accessible à tout le monde (ces concepts ne sortiront jamais du cadre des arts décoratifs et la production sera essentiellement destinée à la bourgeoisie aisée).

Une des principales caractéristiques de l'Art Nouveau a été de réaliser une symbiose entre la technique et l'esthétique. Tout élément possède à la fois un rôle utilitaire (participant à la structure du bâtiment, du meuble,...) et un rôle esthétique par la façon dont il a été ouvragé.

Ceci marque une coupure par rapport à ce qui se faisait précédemment lorsque l'on réalisait une structure purement utilitaire qui était ensuite habillée par des ornements rapportés (ornements réalisés de façon industrielle donc de faible coût et qui proliféraient à la fin du XIX°).

Les plantes sont la principale source d'inspiration de toute décoration.

L'Art Nouveau s'est manifesté dans certaines villes de préférence en dehors des grandes métropoles et par réaction contre le centralisme culturel de cette époque. Il a ainsi pu traduire une révolte des minorités provinciales. Les principales réalisations ont vu le jour à Bruxelles, Vienne, Paris, Prague, Barcelone, Darmstadt, Munich, Glasgow, Turin, Helsinki, Chicago et bien sûr à Nancy.